Dis ? Pourquoi tu cours ?

12111968_10206412683570404_3301657107301949822_nCette question est un piège.  Comment expliquer le plaisir d’enfiler des chaussures de course et partir enquiller du kilomètre, bouffer du bitume et de la caillasse par tous les temps.

Courir 42 bornes, souvent pour finir dans un sale état. Philippidès en est mort quant à lui.

Et la réponse, quelle qu’elle soit ne résoudra en rien l’incompréhension.  Qu’elle soit posée au quotidien ou après une compétition.

Ces derniers temps la littérature sur le sujet est pléthorique, et celui qui pose la question dispose déjà d’une foule d’idées toutes faites et se place dans une attitude circonspecte. Beaucoup parlent d’endorphine, de drogue. Courir n’a rien de tout cela.

"On dirait que le sol avance avec eux (...)"
« On dirait que le sol avance avec eux (…) »

Le meilleur ouvrage sur le sujet est « Born to Run », de Christopher McDougall qui conte l’histoire de sa rencontre avec les Tarahumaras au Méxique. Eux ne courent pas, mais volent sur des parcours abrupts: nus pieds.

Là, à la seconde précise, je répondrais : le plaisir de courir vient de l’absence d’effort. Quand, ce geste si naturel à l’homme, est suffisamment maîtrisé pour ne laisser place à rien d’autre qu’un certain plaisir flottant.  Tous ceux qui courent avec intensité et assiduité connaissent ce moment rare, unique où tout s’accorde – le corps répond, l’esprit suit, la foulée est fluide – en un geste parfait.

Un homme illustre assez bien l’essence même de la course à pied: Haile Gebrselassie.

Chacun court comme il est.  Le simple fait de courir révèle à soi-même dans quel état d’esprit on se trouve, ses poids, ses freins, ses limites, ses excès.  L’endurance en course à pied prend parfois des allures de méditations.

Courir est avant tout naturel, une des fonctionnalités premières de l’homme.  Nous sommes faits pour courir.

Montre-moi comment tu cours et je te dirai qui tu es. Certains ne nous aiment pas. Aujourd’hui, comme dans beaucoup de domaines, un certain snobisme s’est installé; fruit d’un marketing intensif.

Mais au fond, courir, ce n’est qu’un short, un t-shirt, des chaussures. Et même, les chaussures ne sont pas une nécessité.  Courir pour faire comme tout le monde, courir pour maigrir, courir pour draguer ; cela ne dure pas très longtemps.

Par contre, courir avec les copains, ça, c’est un kiffe total. Refaire le monde, se marrer,    s’encourager mutuellement.

Ça jacte un joggeur. Ça jacte de comment s’entraîner, comment s’améliorer, comment manger, de ses bobos, ça imagine la prochaine sortie, le prochain track pour pimenter sa routine.

Et de compèt’.

La compétition, ce sont des petits « noëls » pour les coureurs: on y pense longtemps à l’avance, on mobilise beaucoup d’énergie, on se sacrifie pour offrir le meilleur de soi-même à soi-même. Ah le marathon, le graal absolu mais dont la première expérience est une sacrée comédie.

Un joggeur, ça pense. Même tout seul.  On réfléchit à soi, sa famille, ses relations avec les autres. On décortique, autopsie, théorise, résout, fait le vide, évacue.

On rêêêêve: d’être Kathrine Switzer, Paula Radcliffe, d’une victoire en 10 000m comme Gebrselassie, d’être un chamois comme Kilian Jornet.Capture d’écran 2016-01-28 à 21.44.40

 

 

On se repasse les belles choses qu’on a vues, entendues.  Ce bel article sur un oeuvre de Claude Monet:  » La Pie « .

Capture d’écran 2016-01-28 à 21.59.22

Rire au souvenir d’une bonne blague de Lepage.

Ou une musique qui emporte vos pensées sur des ailes – chevilles – dorées  » Va, pensiero, sull’ali dorate « .

Des ailes à vos chevilles. 
L'air qui caresse les joues.  
Des levers de soleil à couper le souffle. 
Parfois il pleut à verse, il gèle, il plombe de chaleur.
Mais vous êtes simplement content. Heureux.
Cours Forest, cours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s