365 Nuances de 2019 – #35 – « Radis-Beurre »

Un billet, court, chaque jour.

Déjà, dans « L’Auberge de l’Ange Gardien » (Comtesse de Ségur), le radis-beurre tient une place de choix dès le deuxième chapitre.  Et tout au long de l’histoire.

Les radis « tout juste tirés » de terre, le beurre et le pain ; très frais tous les deux.

Oh ! Ciel ! Comment tirer un billet intéressant d’un si maigre plat ?

À sa trivialité.

S’asseoir à la table d’un restaurant en 2019, comme s’asseoir à celle d’une auberge en 1863 commande des évidences, des gages de qualité.

Si le radis-beurre est parfait, le reste ira de même.  Et ce fut le cas pour tout le service et tout le repas.

Certains estaminets adressent des messages simples, claires en un simple geste d’accueil.

« Un simple geste d’accueil » ?

Un incipit de l’évidence à suivre, une base de communication pour mettre ses hôtes à l’aise.  En confiance.

On ne vous servira pas des chichis et du revisité.  On ne vous en mettra pas plein la vue et rien dans l’assiette.

On fait simple et on le fait très bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s