365 Nuances de 2019 – #96 – « La Peau de Chagrin »

096Un billet, court, chaque jour.

Vouloir, pouvoir.  Toujours être dans le mouvement, rarement dans l’être.  Et finalement réaliser, que dans cette course où tout change sans cesse, rien n’existe dans l’absolu.  Alors, il faut du neuf, du nouveau, du mieux, du plus.  Sans cesse.  Indiscontinuement.

Suspendre son temps, et regarder en soi.  Autour de soi.  Chercher à savoir. Á regarder extrêmement les choses.  Á connaître vraiment.

La vie, la vraie vie en soi, alors, ainsi, s’agrandit sans cesse.

Et se rappeler la sentence – ou simple maxime – du talisman dans « La Peau de Chagrin », d’Honoré de Balzac (1831).

« Si tu me possèdes, tu possèderas tout.
Mais ta vie m’appartiendra.  Dieu l’a
voulu ainsi.  Désire, et tes désirs
seront accomplis.  Mais règle
tes souhaits sur ta vie.
Elle est là.  Á chaque
vouloir je décroitrai
comme tes jours.
Me veux-tu ?
Prends.  Dieu
T’exaucera.
Soit ! »

Si tu nourris ton corps, si ta seule course est d’assouvir tes désirs, alors ta désillusion ira grandissant et ta vie rétrécissant.  Tu ne verras plus que les choses, l’avoir, et tu te perdras, toi, en cessant d’être.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s