365 Nuances de 2019 – #114 – « Escadrille Lafayette »

IMG_4458Un billet, court, chaque jour.

Qui connaît ce lieu, niché en région parisienne, à Marnes-la-Coquette, où, posé au cœur d’un cirque verdoyant, se dresse un monument à la mémoire des pilotes américains volontaires qui donnèrent leur vie durant la Première Guerre Mondiale.

C’est une page méconnue de l’Histoire, celle d’une escadrille formée de volontaires américains placés sous commandement français avant l’entrée en guerre des États-Unis en 1917 : l’Escadrille Lafayette.

Les 68 membres de l’Escadrille La Fayette et du Lafayette Flying Corps morts pendant la guerre ou des suites de leurs blessures sont inhumés dans la crypte, située sous l’arche du mémorial. Ils reposent en demi-cercle, chacun sous un cénotaphe en pierre. Leur deux commandants français Georges Thénault et Antonin Brocard, morts respectivement en 1948 et 1950, ont voulu être inhumé aux côtés de leurs camarades américains.

Ce sont les Américains, « The American Battle Monuments Commission », qui organisent chaque année cette cérémonie.  Une partition parfaitement millimétrée, sobre, simple et dont la particularité, du moins celle que j’ai choisie de retenir ici, est de placer les jeunes, au cœur du dispositif protocolaire.

Dans leur tenue nickel, des Boy et Girl Scouts américains officient auprès de la maître de cérémonie, auprès des Généraux et des diverses personnalités.  Ils jouent leur rôle avec sérieux et semblent tous conscients du sens de cette cérémonie.

C’est un jeune étudiant américain qui a lu un célèbre poème d’Alan Seeger (tombé en 1916 dans la Somme).

I have a rendezvous with Death
At some disputed barricade,
When Spring comes back with rustling shade
And apple-blossoms fill the air—
I have a rendezvous with Death

When Spring brings back blue days and fair.

It may be he shall take my hand
And lead me into his dark land
And close my eyes and quench my breath—
It may be I shall pass him still.
I have a rendezvous with Death
On some scarred slope of battered hill,
When Spring comes round again this year

And the first meadow-flowers appear.

God knows ’twere better to be deep
Pillowed in silk and scented down,
Where Love throbs out in blissful sleep,
Pulse nigh to pulse, and breath to breath,
Where hushed awakenings are dear …
But I’ve a rendezvous with Death
At midnight in some flaming town,
When Spring trips north again this year,
And I to my pledged word am true,
I shall not fail that rendezvous.

 

Il n’y avait aucun scolaire français représenté.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s