365 Nuances de 2019 – #145 – «Que c’est bio la Vie !»

Un billet, court, chaque jour.

Il est impossible que ce billet soit structuré, construit.  Il ne sera que désordre.

Un désordre à l’aune du maelström biologique que des hommes, des femmes, des scientifiques, des médecins, des responsables politiques, des minorités sociétales, des idéologistes ont provoqué.

S’il est complexe, politiquement incorrect, hasardeux, dangereux de porter un jugement, il est légitime de s’interroger.
Même avec le sentiment d’être assez seul ou assez minoritaire à le faire à l’heure où plus une société dans le monde n’imagine même plus s’arrêter une minute pour penser cette débridation sauvage.

C’est la grande re-ré-création humaine dont personne ne siffle la fin.  C’est tellement bien de s’amuser avec la vie ; surtout quand c’est permis.
– «Dis ? Tu passes tes spermatozoïdes pour qu’on puisse tous jouer avec ?»
– «Ben non, tu ne les retrouveras pas après.  Chacun fera ce qu’il veut avec.»

A l’heure du bio, des alertes à l’extinction des espèces, des vaches à hublot, des OGM, il ne reste même plus l’espoir d’un quelconque sanctuaire à la course folle au progrès.
On s’affiche «vert», à coup de grands slogans et de grandes incantations, pour conspuer l’ensemble des activités humaines qui portent atteinte à l’environnement, à la biodiversité, aux chaînes alimentaires, mais on fait vœu de silence absolu pour ce qui concerne les atteintes sans limites à la biologie humaine.

On peut être vert, bio, végétarien, végétalien, vegan pour soi-disant respecter les espèces vivantes, mais laisser disséquer sans remords, ni limite, la vie humaine.

«Que c’est bio la vie !»

Tout est permis.
On peut, à coup de scalpel, à coup de seringue, prendre des morceaux de femmes, des morceaux d’hommes, des morceaux d’animaux, des morceaux d’embryons, des morceaux de peau.

Tout est permis.
Emprunter l’utérus de sa mère, filer un ovule à sa copine, inséminer un homme, trier les embryons, enfanter à soixante-ans.
Ne plus risquer une vergeture en déléguant sa gestation à un utérus en Plexiglas raccordé à des tuyaux.
C’est sûr que ça va faire des économies en congés maternités.
– «À quelle heure vous le voulez le p’ti ? Pas avant 19:00.  Après votre réunion.  OK, c’est noté, on gère !»

L’œil rivé à la lentille de leur microscope, le monde scientifique, déifié, s’octroie le don de vie.
Le don de modifier la vie.
Le don de mettre de la vie là où elle n’était pas prévue.
Le don de décider quelle norme est valable pour être digne d’être au monde.

L’esprit rivé à leurs désirs sans limite, tout un monde d’hommes et de femmes, font leurs courses dans le supermarché de la procréation artificielle.
C’est normal.  C’est légitime.  C’est leur droit.

Pour obtenir un enfant, on se crée «Dieu» et «Déesse» de soi-même.  Avec la belle excuse, le miraculeux élixir rédempteur de l’amour.

«Être parent, ce n’est pas des gamètes mais de l’amour.»
L’amour dans une pipette ou un tube à essai ?
L’amour dans un geste industriel ?
De l’amour séquencé.

«Que c’est bio la vie !»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s