365 Nuances de 2019 – #225 – «Man In Black»

Un billet, court, chaque jour.

maxresdefault.jpg

« Ah, I’d love to wear a rainbow every day
And tell the world that everything’s OK
But I’ll try to carry off a little darkness on my back
‘Till things are brighter, I’m the Man In Black. »

Il aurait aimé porter de la couleur, mais son esprit était bien trop rempli des malheurs du monde ; porter le deuil de la permanence de ses misères.

Il, c’est l’Homme en Noir, « the Man In Black » :  Johnny Cash, qui est parti un 12 septembre, il y a juste seize ans.

Sa voix chaude de baryton a fait de lui le pilier de la musique américaine : rock ‘n’ roll, rockabilly, blues, folk, gospel.
Il a tout chanté, tout joué, au cinéma, au petit écran : Inspecteur Columbo, la Petite Maison dans la Prairie.

Mais il a surtout lancé, aidé un grand nombre d’artistes, comme Eric Clapton par exemple.  C’est lui qui a contribué à relancer la carrière en berne de Bob Dylan, co-écrivant avec lui  un album en 1969: « Nashville Skyline ».
S’y retrouve un duo inédit Cash/Dylan pour une chanson très poétique : « Girl From The North Country ».

Une petite dizaine d’années séparent alors les deux hommes qui s’accordent sur ce joli texte.
Johnny, Bob : deux piliers de la culture américaine.
L’un aurait quatre-vingt-sept ans.  Le second en a soixante-dix-huit et a été fait Prix Nobel de Littérature en 2016.

L’un comme l’autre est allé chercher ses mots, ses sonorités, dans les forêts, dans les ranchs, dans les champs de coton, dans les bars, à Nashville, à Woodstock, dans les prisons, dans les bayous, dans les chapelles.

Écouter Cash, c’est fouiller dans la mémoire des pionniers campant dans les plaines autour d’un feu et grattant une guimbarde.
Écouter Dylan, c’est le suivre parcourir l’Amérique profonde sur sa moto, traquer les cabanes perdues, les banjos de fortune du Mississipi ou traîner dans les bars de Minneapolis.

Ce sont des petites plaintes d’harmonica, celles des cowboys solitaires.

Au pied des arcs-en-ciel, se trouvent toujours, dit-on, un trésor.
« ‘Till things are brighter » : jusqu’à ce que tout devienne plus lumineux. Le trésor, une certaine lumière, sûrement, se trouve le temps d’une chanson de Cash.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s