365 Nuances de 2019 – #328 – «Du voile au volet»

« Ce sont les femmes qui s'adonnaient à ce travail de tri des pois et des fèves, le « volet » probablement posé sur leurs genoux. Rabelais accordait une si grande estime aux soins portés par les mains féminines à ce labeur, qu'il en fit une sorte de dignité accordée par Panurge à une assemblée d'amis « tous élus, choisis et triés, chacun respectivement en son état, comme beau pois sur le volet », pour décider s'il devait ou non se marier. »