365 Nuances de 2019 – 365ème & dernier billet – «Défi lancé, défi réussi !»

Un billet, court, chaque jour.

Sans titre

Chers Lecteurs,
Chers Amis,

Il y a dans la rédaction de ce billet, une fièvre, une excitation très particulière, celle d’avoir touché au but.

Le 1er janvier 2019, je me lançais le défi d’écrire 365 billets d’humeur ou chroniques tout au long de l’année.  Un billet à écrire, un titre à inventer, une illustration à créer chaque jour, sur le vif, à l’instinct.

Aujourd’hui, 31 décembre 2019, vous lisez le 365ème et tout dernier volet de ce défi, de cette série.

La ligne d’arrivée est franchie, le marathon d’écriture est bouclé et je partage avec vous, un sentiment semblable à celui de franchir la ligne d’arrivée d’une longue course à pied : la joie pure d’avoir réussi.

Écrire tous les jours a souvent relevé de la facilité, du jaillissement, de la fluidité mais parfois connu des difficultés, des blocages, du manque de temps, de la fatigue.
Mais, marathonienne chaussures aux pieds je suis, marathonienne plume à la main je reste.

Il y a tant de similitudes entre les deux efforts : courir, écrire.
Chausser ses runnings ou saisir un stylo devient si aisé, si naturel quand, à force de s’entraîner, le premier pas, le premier mot ne coûte rien, ne coûte plus rien.

Pourquoi 365 ?
Pour faire tous les jours ce que j’aime : écrire et travailler jusqu’au bout, me pousser jusqu’au bout de cette passion, progresser.  En vérifier la puissance et l’authenticité.
Comment 365 ?
En saisissant une fraction du temps, de la vitesse : l’instant.  Ces billets ont toujours été écrits sur le vif, dans l’impulsion, en moyenne en quarante-cinq minutes.
Quoi 365 ?
Une matière première toute simple : les détails de la vie, de la vie quotidienne auxquels on ne fait souvent plus attention et dont on néglige, dont on n’ose plus exprimer ouvertement les émotions, l’imagination qu’ils éveillent en nous.

Je n’aurais pas réussi, pour ce coup-ci, à l’exception d’un ou deux qui sont devenus des amis, à éveiller l’attention, la curiosité des éditeurs, des rédacteurs ou des journalistes à qui j’ai adressé une version imprimée de ce travail.
Mais une belle audience, sans publicité excessive, sans hashtags pléthoriques, s’est construite tout au long de l’année et la gentillesse, la gratitude des messages de mes abonnés ou de mes suiveurs sont venues tout récompenser

Je termine cette aventure avec autant sinon plus d’enthousiasme que lorsque je m’y suis engagée, grâce à tous ceux de mes proches et de mes amis qui m’ont offert leurs encouragements et apporté leur soutien, aussi grâce à tous ceux qui, au fil de l’accroissement de mon lectorat, sont devenus des compagnons de route et parfois même de amis.

Je vous souhaite, si vous êtes arrivé jusqu’à cette ligne, une merveilleuse, passionnante année 2020 et vous remercie, du fonds du cœur, pour votre intérêt.

Guillemette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s