Odyssée 2021 (#66) – « La mythologie moderne d’Echo »

« Echo » – Alexandre Cabanel, 1874

« Echo » est une très belle nymphe des forêts et des montagnes.
Elle fut élevée par les « Muses », grâce auxquelles elle perfectionna une très belle voix, dont « Pan » devint si jaloux, qu’il la fit poursuivre par ses bergers.  Ceux-ci la coupèrent en morceaux et dispersèrent ses membres partout sur la Terre.  Gaïa, la mère de l’Univers, ancêtre maternelle des races divines, la recueillit et reconstitua son corps.
Mais « Echo » fut condamnée à répéter tout ce qu’elle entendait.
La malédiction d’« Echo » ne s’arrêta pas là.
Ayant fauté avec Zeus, Héra, l’épouse trahie, voua « Echo » à toujours avoir le premier, mais jamais le dernier mot.
Le drame de la pauvre nymphe s’acheva auprès de Narcisse, qui tout à son reflet, ne put que l’entendre répéter ses propres paroles, sans qu’elle puisse tenter d’autres mots.
De chagrin, elle dépérit, se décharna et l’amas de ses os à l’abandon se transformèrent en un rocher, qui, depuis, répète toujours les derniers mots d’une phrase.

Ça, c’est pour la mythologie grecque.
Aujourd’hui, les nymphes seraient plutôt des Généraux, un Capitaine, la journaliste d’un hebdomadaire satirique, quelques Magistrats, des Professeurs, quelques Élus, des écrivains.

Leurs chants portent les titres : « Tout ce qu’il ne faut pas dire », « Servir », « Vérités d’un capitaine de gendarmerie ».
À longueur de pages, à longueur d’ondes et d’antenne, avec un vrai courage, sans crainte des menaces de mort, des coups bas, des mutations et des blâmes, depuis des décennies, ils pointent du doigt, et aussi surtout de leur voix, toutes les dérives, tous les abus et toutes les démissions dont souffre la France, que ce soit dans les domaines de l’Armée, de la Police, de la Justice, de l’Enseignement, de l’information, des Finances publiques.

Le drame de ces nymphes modernes ressemble pour partie à celui de la nymphe « Echo ». 

Ces belles voix de vérité insupportent nos « Pan » modernes.  Avec les moyens contemporains qui sont les leurs, moins sanguinaires mais tout autant léonins, les nymphes modernes se font museler.
Mais si leurs paroles se heurtent à des rochers, ce sont les « Narcisse » qui, par une triste ironie, restent figés en leurs parois.
Et c’est depuis toute la surface de cet immobilisme que se propage l’écho de leurs voix.

Qui, sur le terrain s’entendent, s’écoutent et se comprennent bien.
Tentez, tentez toujours !  Répétez vos paroles.
Les messages, là où pâturent les mortels, sont reçus, forts et clairs !

Une réflexion sur “Odyssée 2021 (#66) – « La mythologie moderne d’Echo »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s