Odyssée 2021 (#117) – « Monter au créneau »

Ils l’ont fait !
Non, ce ne sont pas des putschistes !
Ces Généraux, ces militaires sont parfaitement dans leur rôle, sinon dans leur emploi : ils décèlent la menace, identifient l’ennemi, envisagent un plan d’action.  Ils ne sont que l’ultime alarme, après celle qui figure « noir sur blanc » dans le « Livre Blanc » de Défense et Sécurité Nationale de 2013 et ses annexes les plus récentes, sur les risques intérieurs qu’encourt la France.
Ce manifeste comprend peu de mots, mais des mots efficaces.  L’Armée est une force de troisième catégorie : la Police est frappée, la Gendarmerie est frappée ; il faut rétablir le droit, rétablir les lois et dans ces lois, dans la Constitution, l’Armée, en dernier lieu, est donc l’instrument pour y parvenir.

Ils ont raison !
Leur constat sur l’état de déliquescence de la France est connu, su, commenté à longueur de tribunes mais minoré, voire nié par le sommet de l’État.
Nombre de lieux en France sont gangrénés par des infections qu’on laisse se développer, les traitant à la marge avec des remèdes de bonne femme.
Ce constat, les Français, jour après jour, de Rambouillet à Nice en passant par le Bataclan, au fil presque continu des nuits d’émeutes, le font, le vivent au quotidien.

Ils montent au créneau !
Le créneau est un élément, à la fois défensif et offensif, de l’architecture militaire moyenâgeuse.  Il a un double emploi : celui de servir de couverture pour parer aux projectiles ennemis et celui de permettre d’attaquer, ou riposter, en renvoyant tout autant de projectiles.
Les Généraux et leurs troupes, qui ont signé le manifeste : « Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants » auraient pu choisir un lâche, ou prudent, samizdat.
Non : ils sont montés au créneau, ils se sont affichés ; ils ont exposé et défendu leur point de vue en public.

Le pouvoir est à la dérive !
Et c’est ce que cette lettre met en exergue.  Le spectacle des Grands du pouvoir criant au scandale et à la sédition aurait un peu de crédit s’ils avaient auparavant, condamné tout aussi vivement, rageusement, les « Nique ta mère », les brûleurs de drapeaux, les assassins de nos militaires et de nos concitoyens.

Le politiquement correct est mort !
Il y aura un avant et un après cet appel.  Demain l’honneur arrive, et les Français l’attendent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s