Odyssée 2021 (#152) – « Reprendre le collier »

« Travailler » : ensemble des activités par lesquelles l’homme satisfait ses besoins et transforme la réalité.
Voilà pour la définition.
Plus loin, philosophiquement : « L’homme change le réel par le travail, mais ce travail fait aussi changer l’homme ».

De peur d’avoir oublié, malgré la forte pression extérieure, ce qu’est le travail, je suis allée consulter quelques sources, histoire de déclencher un peu de motivation ; ou de charger ma plume d’un peu d’encre pour disserter sur « reprendre le collier ».

Certes, je vais satisfaire un besoin, piteusement et bassement matériel : remplir mon compte en banque pour pouvoir, un : manger, deux : me loger, trois : m’acquitter d’un certain nombre de frais incompressibles tels que la lumière pour m’éclairer, l’eau pour me laver.  Bref : transformer une réalité qui, sans ces ressources, me priverait de clarté pour écrire ces lignes, de liquide pour être propre ; je vous fais grâce d’un inventaire exhaustif.
Bref, à compter d’aujourd’hui, je vais transformer ma réalité et satisfaire mes besoins.

Pour le second concept, plus philosophique : « changer l’homme », cela sera-t-il démontré ?
Oui.  Immédiatement même.

Puisque, ce billet, censé être écrit au jour le jour, a douze jours de retard.
Plus précisément que « changer l’homme », cela a changé la femme, celle, ici derrière sa plume, qui prend plaisir, chaque jour, à balader son imagination pour transformer, non pas par « tripalium » sous le joug, comme un cheval de trait, mais librement, avec joie, sa perception très sensible des petites réalités de ce monde.

« Reprendre le collier » est revenu à tirer derrière moi, non seulement la charrue des sillons à tracer pour compte d’autrui : l’employeur, mais plus encore, le poids des regrets de ne plus pouvoir aller autrement que droit, dans les traces imposées, sans pouvoir faire appel à la moindre fantaisie.
Cette fantaisie qui, bien que silencieuse, gratuite et peu rémunératrice, satisfait des besoins qui ne sont ni réels, ni palpables mais qui transforment si joliment la réalité : la mienne et parfois celle des autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s