Odyssée 2021 (#157) – « Verlaine a-t-il su ? »

Chanson d’automne – Paul Verlaine, « Poèmes Saturniens », 1866

« Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte. »

Le 1er juin 1944, Radio Londres diffusait trois vers de la première strophe du poème de Verlaine pour bander les arcs de la Résistance en France et activer les opérations de sabotage :
« Les sanglots longs des violons de l’automne »
Le 5 juin 1944, à 21 :15, veille du Débarquement des Alliés sur les côtes normandes, furent diffusés les trois autres vers de la même strophe :
« Blessent mon cœur d’une langueur monotone »

Verlaine aurait-il jamais pu se douter que c’est au prix de ses quelques vers que s’arracha la liberté ?  Et que des milliers d’hommes se mobiliseraient à leur son ?
Il y a longtemps qu’a sonné l’heure des héros mais le vent, chaque année, rejoue leur écho.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s