Odyssée 2021 (#227) – « Au cordeau »

S’affaler en loques dans la première chaise vacante, sale et puant, des résidus de poussière et de brindilles mêlés aux cheveux, collés à la peau, les muscles moulus mais, une chopine de bière bien fraîche à la main.  Manquer de tenue demande de l’art.

En oblique, le regard, un peu abruti, fixe un mur, le bout d’une échelle, preuves d’un labeur à moitié abattu ou à moitié inachevé. Les degrés, pourtant légers, de la bière accentuent la fatigue qui peine à réconcilier ces deux moitiés : fourbu après coup ou fourbu d’avance !
Pourtant, une petite satisfaction vient modifier ce duel trop équilibré et fait balancer la volonté, temporairement éreintée, vers la poursuite de l’effort : les tentacules de vigne vierge qui gangrenaient la façade, retrouvent leurs limites, plient centimètre par centimètre sous les coups d’une implacable discipline ; une mise au cordeau à coups cruels de sécateur et de cisaille.

L’élixir ambré, chapeauté d’une mousse joyeusement crépitante, faisant peu à peu son office, un enthousiasme placide, comme un monotone ronronnement félin, se diffuse dans tout l’espace corporel, au spectacle de cette parfaite géométrie.
Le lâcher prise alcoolisé devient joie guerrière : encore une journée à livrer bataille et la guerre sera gagnée ; du moins pour cet été, car la belle vigne reprend les armes chaque année.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s