Odyssée 2021 (#238) – « Fidélité »

Trente-trois ans.  Trente-trois ans de fidélité au même parfum.  En voilà, un diplôme de constance voire de vertu !
C’est ce que j’ai répondu à la parfumeuse de la petite boutique charmante dans laquelle je m’approvisionne de cet effluve magique qu’est « L’Heure bleue » de Guerlain.

Cette fragrance a été créée en 1912 par Jacques Guerlain.  Son nom n’est pas né d’un hasard mais de l’évocation que fait naître ce moment particulier de la journée, à mi-chemin entre le jour et la nuit, juste avant le crépuscule, où le soleil tire sa révérence avant le lever de rideau de l’obscurité.  Le ciel prend alors une couleur bleutée particulière, tout l’espace s’embellit alors de cette teinte.
C’est également, au printemps et en été, une heure où, après la chaleur, les fleurs exhalent tout leur parfum.

Quelques gouttes sur le poignet, derrière les oreilles permettent de rêver à des jardins suspendus exubérants de couleurs et de senteurs : la délicatesse de la fleur d’oranger, de la rose, l’envoûtement de l’héliotrope, la tendresse de l’iris et l’espièglerie de la bergamote.  Toute une complexité odorante qu’unit le musc blanc.
Un chemin léger guidé par l’odorat.

Patrick Süskind, dans son roman « Le Parfum », expliquait ce mystère en ces mots : « Notre langage ne vaut rien pour décrire le monde des odeurs. »
Quand on ne peut pas expliquer, l’imagination prend alors tous les sens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s