Odyssée 2021 (#258) – « Il faudrait savoir !? »

Teddy Riner a choisi de rester lui-même : un citoyen lambda et dans son rôle autant qu’un sportif de haut niveau exceptionnel, digne de louanges.
Il ne souhaite pas prêter sa personne, sa célébrité, l’aura dont il bénéficie auprès du public, pour servir un camp plutôt qu’un autre à propos du vaccin contre la Covid et du passe sanitaire.  Il ne souhaite pas suppléer à la communication poussive des pouvoirs publics, palier au résiduel des professionnels de santé qui résistent, à bon droit et sans doute en pleine responsabilité.  Si l’on considère les chiffres, le Gouvernement a tout de même réussi à convaincre une majorité de personnes d’accepter la vaccination ; alors Teddy Riner en plus ou en moins.

Le silence, s’abstenir, s’en tenir à sa place.
Il faut louer cette performance à l’heure où tout quidam peut déballer les moindres platitudes de sa vie, toute la science qu’il n’a pas, et, souvent, toute la haine dont il ne lâcherait pas le premier mot s’il n’était protégé par un écran et un pseudo.
Parler, parler, même quand on n’a pas grand-chose à dire ; combler du vide, polluer l’espace de décision des autres.  C’est vrai depuis toujours, depuis que les réseaux sociaux existent : le plus ancien, l’invention du langage et de mots de plus en plus sophistiqués pour exprimer des opinions ; le plus récent : le web ; entre deux : le cantou, la place du village, les salons, les cafés et les révolutions.

Le silence, la pudeur, la modestie.
Beaucoup aimeraient en faire l’expérience les soirs de remise des Césars, les soirs de concerts.  Beaucoup aimeraient que les acteurs restent dans leurs habits d’acteurs, que les chanteurs ne célèbrent que les joies de la vie plutôt que de vilipender les forces de l’ordre, que les poètes s’en tiennent à leurs vers.  Et donc les sportifs à leurs exploits.
Tous, nous laissant le choix de regarder ou non leurs films, d’écouter ou non leurs ballades, d’ouvrir leurs recueils ou non, d’en penser du bien ou du mal, de l’exprimer ou de le taire.

Pire que le silence respectueux du choix des autres, il y a ceux qui s’arrogent le droit, à quel titre d’ailleurs, de juger le quant-à-soi de ceux qui respectent le libre arbitre de leurs semblables, qui en appellent à la foule pour les condamner en place publique, pour ce droit au silence que nous avons tous.
En revanche, ces mêmes censeurs se sont tus pour de vraies hontes à dénoncer, comme cette Fête de l’Huma où pas un responsable politique ne s’est opposé au lynchage vocal des flics par la foule.

Il faudrait savoir !  Savoir, se souvenir, où doit être placé le curseur du bon sens, du respect et de la dignité.
Comme Teddy Riner, parfois, se taire, est la plus sage des opinions et la plus authentique des marques de respect pour un public et, éventuellement, pour son intelligence, sa capacité à décider, à conduire sa vie, sans injonctions, sans blâmes, sans coercition.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s