Odyssée 2021 (#269) – « Mots fiévreux »

Ce qu’il manque peut-être, c’est une maman.  Oh, elle ne pose pas indéfiniment telle une statue à votre chevet ; elle vaque.
Mais sa présence crée une zone d’exclusion des perturbations, un authentique droit au calme, à la paix et aux abus de sollicitude.

Adulte, il faut établir le cocon soi-même.  Image cocasse quand, diminué dans tous ses gestes, ralenti par le poids d’une chaleur auto-combustive, étape par étape s’organise la réclusion.
Quel soulagement d’avoir pensé à tout et de n’avoir plus qu’à tendre le bras.

Calé dans les plumes, emmailloté comme une relique dans sa châsse, il ne reste plus qu’à ne rien attendre, à laisser couler, à obéir aux commandements du corps.

Et souhaiter, comme Scarlett O’Hara, que demain soit un autre jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s