Odyssée 2021 (#307) – « Les doigts dans le gras »

Une fraction de seconde, mais seulement une toute petite fraction, les recommandations nutritionnelles de l’OMS[1] ont titillé un résidu de conscience alimentaire, bien faiblarde à opposer la moindre résistance à l’appel de l’estomac. Le genre de lieu qui prépare ces entorses à la bien-pensance alimentaire en vogue, s’appelle «un Grec» et est tenu par un «Turc». Cocasse par ces temps de volatilité diplomatique.

Ce que les doctes Esculape n’envisagent pas, c’est la puissance de conviction d’un fumet de poulet grillé sur les méninges ; à 12 :00 tapantes et quelques heures de travail la volonté fait figure de ligne Maginot : une fragile défense. Pas un seul ingrédient de la boîte couleur saumon fade déshydraté ne répond à leur cahier des charges : pain alangui remplie de mie molle, poulet grillé juteux « avé’ une point’euh d’ail », frites effilées, mayonnaise coulante.
Tout cela se mange, se dévore, évidemment très salement puisque, pour opérer, il faut plonger les doigts dans le gras. En plus de la santé qui en prend un sale coup, toutes les leçons de bienséance maternelles volent en éclat.

L’orgie achevée, pour que le crime soit parfait, il faut soigneusement se laver les mains, trouver un remède radical à une haleine soudain très méditerranéenne mais surtout, surtout, ne ressentir aucun remords.
Je vous assure : ce fut le cas !

[1] (Organisation mondiale de la Santé)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s