Odyssée 2021 (#323) – « Clint au plus vrai »

« Mike est un vieil homme usé par la vie, les drames personnels et le rodéo dont il fut une star. Un accident lui brisa la colonne vertébrale et sa vie changea de cours. Howard, propriétaire de chevaux que Mike dresse lui sauve matériellement la mise le rendant ainsi redevable. Le paiement de cette dette prendra la forme d’une mission : celle d’aller récupérer au Mexique son fils Rafo, adolescent turbulent mais aux valeurs de cœur certaines. Prendre le chemin du retour vers le Texas prendra alors des allures d’aventure pour éviter la pègre et la police mexicaines. »

Voilà le scénario du film qui, pour un amateur de l’acteur Clint Eastwood, vient en second plan des critères d’appréciation. C’est une belle histoire, bien construite mais qui n’a rien de vraiment original.
Ce qui crève l’écran, en revanche, c’est Clint, le grand, le très grand Clint.

Le titre du film Cry Macho n’est pas dû au hasard. Ce serait presque une épitaphe ; que Dieu veuille que l’usage de ce mot ne sois pas un mauvais présage.
D’Une poignée de Dollars à l’Inspecteur Harry, Clint Eastwood a joué les durs, les justiciers impitoyables rendant coup pour coup, œil pour œil.
C’est sans doute avec Sur la Route de Madison aux côtés de Meryl Streep, que l’acteur tourne la page de cette étiquette de redresseur de torts. Passant derrière la caméra, au fil des films qu’il scénarise et réalise, Clint Eastwood se polit, s’adoucit mais toujours avec une grande pudeur dans la démonstration de ses sentiments et de ses faiblesses.

Dans Cry Macho, Clint Eastwood se montre avec la fragilité de l’âge, la force de l’expérience et la puissance de la sagesse. Le voir se mouvoir dans ce film à l’histoire simple met en relief la sincérité de son jeu, d’homme pour qui seule la vérité compte désormais.

Son sourire de séducteur n’a jamais eu autant de charme. C’est le charme d’un Clint Eastwood au plus vrai qui cimente les scènes du film, fait fondre les cœurs féminins normalement constitués et que le spectateur emporte, même bien longtemps après avoir quitté la salle obscure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s