Odyssée 2021 (#340) – « À l’école des arbres »

Petits arbres deviendront grands, pourvu que l’Homme leur laisse la vie. Mais ignorer leur sagesse encore longtemps, tenons pour nous que c’est folie.

Qu’apprend-t-on à l’école sinon à noircir de signes inutiles des pages généreusement fournies par les arbres ? Les élèves se voient certainement encore dispenser des leçons de choses. Peut-être leur évoque-t-on la différence entre caducs et persistants ? Mais au fond, ces petits et nous, que savons-nous vraiment des arbres ?

De A à Z, Alain Baraton s’efforce de combler nos lacunes, de nous enrichir du vocabulaire de base de l’amour des arbres. Parce que, et lire son Dictionnaire amoureux des arbres ne fait que le souligner, pour respecter, soigner et protéger le meilleur et le plus ancien compagnon de l’Homme depuis la création du Monde, il faut aimer.
Pour aimer il faut comprendre, pour comprendre, il faut connaître.

– Encens : sous le règne de la reine Hatshepsout, au XVème siècle avant Jésus-Christ, la résine extraite du Boswellia sacra, prélevé en Somalie pour être implanté en Égypte, valait le prix de l’or.
– Timidité : les branches de certains arbres ne touchent jamais celles des autres.
– Upas : cet arbre est si dangereux qu’il tue quiconque touche son bois ou respire ses vapeurs toxiques.
Pour finir ce florilège, voici une des meilleures entrées :
– Charme. Cet arbre est présent dans tous les parcs à la française. Cet arbre est peu sujet aux maladies, d’où l’expression « se porter comme un charme ». Mais son espérance de vie est courte.

À l’école des arbres, il y aurait beaucoup à apprendre sur le respect, l’enracinement, la générosité, l’entraide, la résilience. Il y aurait d’abord à apprendre ce qu’est et comment s’est construit et se construit toujours, la beauté du monde, de ses paysages, de ses forêts et, avec la main des Hommes, de ses jardins. Après La Haine de l’arbre, après L’Amour au jardin, lettre par lettre, mot par mot, Alain Baraton tisse une grammaire sensible des trésors que sont nos arbres.
Qu’espérons-le, nous ne consumerons pas jusqu’à Z.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s