Odyssée 2021 (#347) – « Voyager au pinceau »

Il semblerait que la citation favorite de Barbara Luel Pecheur soit signée de Paul Klee (1879-1940) : – « Un dessin est simplement une ligne qui part en promenade ».
Avec Kisetsu, Barbara Luel Pecheur nous promène loin, à coups de pinceau, délicats comme des haïkus, ces souffles poétiques japonais. Ses textes sont courts mais ses aquarelles sont une longue plongée dans la douce myopie du voyage par la pensée : elles donnent à rêver.
À peine achevée la lecture de Kyôto de Yasunari Kawabata, qui affectionne aussi le trait de Paul Klee, c’est en initiée que le regard scrute les lignes décidées de cette jeune peintre, également architecte, extrêmement talentueuse. Elle prend l’observateur par la pupille et le guide dans les petits trésors cachés des villes, des jardins et des campagnes nippons. Pas un détail, de ceux qui animent une esquisse, qui rendent hommage à l’intimité et à la vie, ne lui échappe. On perçoit, dans ses traits au crayon, à la branche sèche et au bic, tout une passion, délicate, attentionnée pour la divinisation japonaise de la nature et de ses dons esthétiques.
En ces temps de claustration, vraiment, le voyage offert, les dégradés subtils des couleurs déployées au fil des tableaux, au fil des saisons, enchantent la soif d’évasion.
« Sugoï ! » : oui, incroyable !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s