Odyssée 2021 (#348) – « Horoscope et Nostradamus »

Lorsque l’on tapote « Nostradamus » sur le web à la recherche de l’une de ses citations, une seule est proposée : – « Le lion jeune le vieux surmontera – En champ bellique par singulier duel, – Dans cage d’or ses yeux lui crèvera, – Deux plaies une, puis mourir, mort cruelle. » Comprendra qui voudra. Il y en a certainement de plus précises et de plus incisives et celle-là fait un vrai flop !

Il n’en va pas de même d’un horoscope lu chaque matin, le plus assidûment possible, sur la dernière page du Parisien, symétriquement accoudé à un zinc, un petit noir fumant et corsé à portée de main. C’est probablement un rituel imbécile, mais, que voulez-vous, notre incertitude du quotidien et nos fragilités se contentent de cela, se rassurent à moindres frais.

Amer de goûter l’ironie de l’astrologue en titre qui suggère de pratiquer du sport les jours où, submergé de travail au point d’en rêver la nuit, s’extraire de son grabat se révèle déjà être un exploit. Bien meilleur en revanche de noter les avertissements d’ambiance : « ne faites pas de vagues ; temporiser ; soyez diplomate ; choisissez vos mots ».
Avec Nostradamus comme avec Madame Soleil sur papier journal, il serait bien agréable de trouver des indications plus précises comme : « À telle heure vous croiserez untel ; Quoi qu’il vous dise, résistez ! Faites le gros dos ! Ignorez-le ! Il est un parmi des milliards, il ne fera pas votre loi ! » Avoir un nom ou, du moins, une description physique de celui ou celle qui risque d’emporter votre journée vers les abymes serait utile sinon crucial !

Mais pour ce potentiel Olybrius, la citation de Nostradamus peut s’avérer utile, d’autant que, anonyme elle aussi, un peut fourre-tout, elle peut s’appliquer à tous types de situations sociales, étant donné que, croiser un empêcheur-de-tourner-en-rond est une constante de la vie. Nous avons tous eu envie, moult fois depuis lundi, d’en découdre avec un butor, de crever les yeux à un malotru ou une harpie. Mais comme, ni de Nostradamus ni de Madame Soleil sur papier journal, nous ne pouvons prévoir le prix à payer, lâchement, on s’en tient aux conseils d’ambiance : on ne fait rien. C’est aussi très cruel, cette forme de mort-là !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s