365 Nuances de 2019 – #293 – «Une certaine idée du Général»

Un billet, court, chaque jour.

Capture d’écran 2019-11-09 à 17.47.35

9 novembre 1970.  Décès du Général de Gaulle.

Il me semble parfois souffrir d’une nostalgie bien mal à propos, étant née quelques semaines après le décès du Général.  Je n’ai pas connu la guerre, je n’ai pas connu les tumultes du parlementarisme de la IVème République, je n’ai pas connu Mai 68.

Pourtant, le curseur se replace, revient spontanément à l’Homme du 18 Juin, comme une référence naturelle, un modèle auquel se référer et sur lequel prendre exemple.

Pourquoi, quarante-neuf années après son décès, à la Boisserie, un soir tranquille, en alignant une crapette, assis auprès de sa Chère Yvonne, tant de Français, qu’ils l’aient connu ou pas, restent si attachés à sa personne ?

Probablement, parce qu’il avait, avant tout autre intérêt, avant toute velléité personnelle, la France rivée charnellement au cœur et à l’âme.
Et ça, les Français, tout gaudrioleurs et râleurs qu’ils soient, le savent aussi charnellement.

Les Français ont une âme curieuse ; ils sacrifient leurs rois pour se donner ensuite de piètres princes.
Ils ont lâché le Général par voie de référendum, ils ont coupé des têtes, ils ont encouragé l’exil de ceux-là mêmes qui, le plus souvent, les aimaient le plus et leur étaient le plus dévoués.

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France.  Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a, en moi, d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle.  J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. »

Cette citation, qui ouvre les « Mémoires de Guerre », montre à quelle hauteur de sentiments le Général portait son pays.
Lui a-t-on rendu cette affection ?
La foule à ses obsèques le montre sûrement.

Comme en psychologie individuelle, chacun reste, qu’il le veuille ou non, qu’il en ait conscience ou non et ainsi qu’il l’admette ou non, attaché à son histoire familiale (sinon souvent déterminé par elle), à cette longue chaîne humaine d’ancêtres qui l’ont précédé, à ses ancrages territoriaux, à sa culture.
Cela s’appelle l’atavisme.
En psychologie collective, les Français restent, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils en aient conscience ou non et ainsi qu’ils l’admettent ou non, attachés à cette longue chaîne de Chefs, de Souverains, de Grands Hommes qui les ont dirigés, qui ont façonné à la fois ce qu’ils sont et le pays où ils vivent.

Les Français savent, ataviquement, qui les a défendus, qui leur a fait honneur, qui a porté en leurs noms, le pouvoir de dire « non ».
Et c’est à tous les « non » que Charles de Gaulle a su prononcer, sûr qu’il était de porter le consensus de tous, inspiré par son amour raisonné de son pays et de ceux qui le peuplent, que les Français restent profondément attachés.

Les Français savent, profondément, que cet amour patriotique, ne s’invente pas, ne se déclame pas comme une réclame ou comme le slogan d’un jour, ils savent que ce qui, chez le Général, était une vocation inspirée, pétrie de culture catholique et humaniste, ne résonne souvent que comme un calcul chez ses successeurs.
Georges Pompidou mis à part, peut-être.

Le fait qu’il ait été Militaire, Saint-Cyrien, Combattant et Prisonnier en 14-18, ajoute à son prestige, à sa crédibilité.
Juste après cela, ce que les Français ressentent, pour l’avoir vécu ou pour le constater par comparaison avec ses successeurs, c’est qu’il s’est battu pour eux, aux fins de servir et non pas de se servir.

Chaque fois que l’actualité, nationale et internationale, tangue un peu, c’est à lui que chacun revient pour poser la question, une question prégnante : « Qu’aurait fait le Général ? »
Et beaucoup de répondre d’emblée, avant les aspects techniques de l’enjeu : « Il aurait choisi l’honneur. ».

De cette veine d’honneur et d’orgueil national, portée, personnifiée par ses Chefs, qui leur manque tellement.

Issue de la cuvée 1970 qui vit son départ, je ne peux que lier ma reconnaissance pour l’héritage laissé et louer l’exemple d’honneur porté haut que par écrits, vidéos, photographies interposés.
Mais l’inspiration, l’admiration sont là, indéniablement, pour me permettre une certaine, et belle, idée du Général.

« Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Lève-toi pour écouter les cloches.
Lève-toi : pour toi le drapeau est hissé, pour toi le clairon trille,
Pour toi les bouquets et guirlandes enrubannées, pour toi les rives noires de monde,
Elle appelle vers toi, la masse ondulante, leurs visages passionnés se tournent* »

 

 

* Walt Whitman, 1865

365 Nuances de 2019 – #292 – «Tante Yvonne»

Un billet, court, chaque jour.

Capture d’écran 2019-11-08 à 21.12.17

Yvonne de Gaulle
Épouse du grand Charles

Demain, 9 novembre, ce sera le quarante-neuvième anniversaire de la mort du Grand Homme.
Aujourd’hui, quarante ans après, c’est à son épouse, que s’adressent quelques mots de mémoire.

Le Général résuma son affection, c’est ainsi que l’on évoquait l’amour en des temps chevaleresques :
– « Pour vous Yvonne, sans qui rien ne se serait fait*. ».

Yvonne de Gaulle ne donna jamais aucun entretien et le grand public ne connut pas le son de sa voix.
Discrète et humble en toutes circonstances, avisée et posée, on retrouvera cette citation écrite de sa main :
– « La vie est courte. Le sage en profite. »

Très attentionnée avec les autres, c’est en prenant soin quotidiennement de ses voisins de Colombey, qui lui fut donné ce surnom affectueux : « Tante Yvonne ».

Une vie simple, exemplaire, vouée à la réussite de l’Homme du 18, juin.
En commun avec lui, un chagrin profond, la perte d’Anne, en 1948, à vingt-ans, une jeune fille différente, avec un chromosome en plus, dont son père disait :
– « Elle était aussi une grâce, elle m’a aidé à dépasser tous les échecs et tous les hommes, à voir plus haut. ».

La réussite, quand elle aussi belle et aussi noble, se conjugue manifestement à deux.

 

 

 

 

* Charles de Gaulle, « Mémoires d’Espoir », 1970

365 Nuances de 2019 – #291 – «Chambord, une féérie»

Un billet, court, chaque jour.

Sans titre

« Chambord* », château, palais ?
Avant tout : une féérie.

Le documentaire* éponyme, réalisé par Roland Charbonnier à l’occasion des cinq cents ans de cette merveille de la Renaissance, immerge le spectateur dans l’Histoire de France, de François Ier à aujourd’hui tout autant qu’il l’entraîne dans la débauche de vie sauvage qui anime le domaine.
Cécile de France, d’une jolie voie fraîche, raconte cette épopée initiée par François Ier et conçue par Léonard de Vinci.

Chambord est une féérie architecturale au cœur d’un domaine, aussi grand que Paris, tout aussi féérique.
Le château, le Cosson qui le borde, les jardins à la Française, la forêt immense forment un tout majestueux et indissociable.

Le film alterne le récit des vicissitudes qu’a connues ce palais, au gré de l’Histoire de France, au gré de l’intérêt ou de l’oubli que lui vouèrent les Princes, les grands épisodes de cette même Histoire et l’allégorie de la futaie, de la faune sauvage qui prospèrent dans ce sanctuaire naturel.

On y apprend tout.

Que François Ier n’y séjourna que quelques semaines, dont celles avant son trépas, mais qu’il y reçut, pour lui en imposer, Charles Quint, qui, subjugué, s’exclamera : « Ce lieu est un abrégé de l’industrie humaine. ».
Que Molière y joua « Le Bourgeois Gentilhomme » pour la 1ère fois.
Que le Maréchal de Saxe, mis d’office à la retraite par Louis XV, compensa sa déception en sauvant Chambord de la ruine.  Il dira de ce tribut offert par le Roi pour ses brillants services : « Si la vie est un songe, alors le mien fut beau. ».

Savez-vous qui fut Henri V ?
Le dernier Roi de France, Duc de Bordeaux, mort en exil en Autriche.
Il fut aussi celui pour qui, à sa naissance, la France entière alimenta une souscription nationale pour éviter le démantèlement de l’édifice par de vils margoulins et le lui offrir.
Vous le connaissez sans doute mieux sous le nom de Comte de Chambord.

Passé de la gloire à l’oubli, malmené pendant la Révolution, le château était sur le fil de la mort, avant que la Nation française ne se mobilise pour lui éviter cette tragédie, et que, Henri V, soucieux de ses devoirs et pétri de reconnaissance, n’entreprit une restauration primaire.

Alfred de Vigny chanta Chambord, celui de François Ier, en cette prose :
« Sa salamandre y jette ses flammes partout ; elle étincelle mille fois sur les voûtes, et y multiplie ses flammes comme les étoiles d’un ciel ; elle soutient les chapiteaux avec sa couronne ardente ; elle colore les vitraux de ses feux ; elle serpente avec les escaliers secrets, et partout semble dévorer de ses regards flamboyants les triples croissants d’une Diane mystérieuse, cette Diane de Poitiers, deux fois déesse et deux fois adorée dans ces bois voluptueux. »

Tout ceci pour dire que ce documentaire vaut un film, qu’il vous prend dans les rets de ses images, pour peu que vous ayez un peu de passion, de cœur pour votre pays, la France, sa grande Histoire et les merveilles de la Nature.

* Ce documentaire passe au Studio Galande (5ème /Paris) et au Chaplin Saint-Lambert, (15ème/Paris).
Vite, allez-y.  Seul, avec des amis, avec vos enfants ; c’est de l’Histoire, de la beauté qui passent toutes seules, sans effort.

365 Nuances de 2019 – #230 – «b.a. – ba»

Un billet, court, chaque jour.

fullsizeoutput_786

Les alertes, les articles pleuvent pour montrer qu’en France, et probablement aussi dans l’ensemble des pays comparables, la qualité d’acquisition des apprentissages fondamentaux est très dégradée.
Il paraît que les enfants ne se sauraient plus tenir correctement un crayon.

Alors, qu’est-ce qui ne fonctionne plus !
Il ne s’agit pas ici de refaire le monde ou de porter des jugements, mais de saisir dans nos mémoires ce qui nous a permis, à nous, de construire de si bons savoirs.

1/ Nous avons peiné.
De la maternelle à la fin – si elle existe jamais – des apprentissages, nous avons usé du jus de cerveau, de l’huile de coude, tiré la langue, renâclé, essayé, échoué, appris, réessayé, exécuté d’abord maladroitement puis réussi de mieux en mieux.
Le crayon à la main, nous avons copié des centaines de lettres, conjugué des dizaines de verbes, à tous les modes et à tous les temps.  Les terminaisons en couleur.
Les adultes, les instituteurs n’hésitaient pas à dire quand c’était mal fait, ils le disaient avec plus ou moins de pédagogie, mais au moins, c’était la vérité ; il n’y avait plus qu’à recommencer, encore, jusqu’à obtenir satisfaction.
Les notes incluaient la forme et le fonds ; aucune injustice, les deux n’étaient pas séparables.

Une jolie page, écrite finement, en pleins et déliés, sans ratures, reste au long cours une source de satisfaction et de fierté.

2/ Nous nous sommes gavés.  Ou plus justement, on nous a gavé.
Au moins toute la période de l’école primaire, c’était du gavage.  Le gavage des basiques : lettres, syllabes, orthographe, conjugaison, vocabulaire, calcul mental, dates de l’Histoire, numéros de département, préfectures, sous-préfectures, pays, capitales.
A force, cela finissait par se régurgiter sans effort.
Je me souviens, en français, en anglais, en Histoire, en géographie, d’interrogations – surprises ou non – qui ne consistaient qu’en l’évaluation froide et méthodique de ces clés fondamentales, de ces savoirs de bases.

« La Cigale ayant chanté »
38, l’Isère ; 39, le Jura ; 40, les Landes.
Autriche, Vienne ; Indonésie, Jakarta.
1515, Marignan ; Capétiens, Valois, Bourbons

Être maître de multiples références qui permettent de se situer seul dans l’espace et dans le temps.

3/ Nous avons cherché
Manipuler un dictionnaire pour passer de mot en mot et ainsi voir d’autres mots que le mot recherché.
Feuilleter une encyclopédie.  Trier, trouver les informations pertinentes, pour un exposé par exemple.
Soumettre un texte à une analyse grammaticale : bleu pour le sujet et l’attribut du sujet, rouge pour le verbe, vert pour les compléments circonstanciels, jaune pour le C.O.D., orange pour le COI.  Les conjonctions de coordination.
Aligner les nombres sur un rouleau de caisse : unités en jaune, dizaines en bleu, centaines en rouge, unités de mille en jaune.
Poser une addition, une soustraction, une multiplication, une division.
Disséquer des grenouilles, des souris.
Composer des herbiers.

Comprendre que derrière tout savoir il y a un effort personnel de décomposition, de compréhension qui ne dépend pas d’un clic.

Qu’est-ce qui, dans l’instruction d’aujourd’hui, ne fonctionne plus qui fonctionnait alors ?

« b.a. – ba »
Écriture, lecture, calcul.
Le « b.a. – ba » ou les rudiments des savoirs fondamentaux sont-ils désuets, dépassés ou restent-ils justement les briques essentielles, les armes solides qui permettent de conquérir, plus tard, d’autres savoirs bien plus sophistiqués ?

Effort, gavage, exploration ne seraient que des souvenirs négatifs s’il n’y avait, derrière tout cela, que de la technique.
Cet effort, ce gavage, cette exploration me semble nous avoir été présentés comme des terreaux d’orgueil positif, des gages d’autonomie, des sésames pour accéder à plus, plus complexe, plus riche.

Il n’y avait pas de gadgets éducatifs, pas de tablettes, pas de tableaux interactifs, juste du travail.
Celui que produit la main, qu’élabore le cerveau, par étape, au fil des succès.
Cela n’a pas empêché, plus tard, d’être parfaitement adaptés et adaptables aux nouvelles technologies.

Nous étions sans doute entourés d’adultes bien formés, des enseignants à qui tout et n’importe quoi n’était pas demandé, comme par exemple d’enseigner des comportements qui s’acquéraient par l’éducation, auprès des parents.

Le souvenir qui reste, c’est qu’il n’était pas demandé autre chose que de bien faire son métier, son métier d’enfant, apprendre, être curieux, courageux et faire de son mieux.

365 Nuances de 2019 – #187 – «Touriste chez soi»

Un billet, court, chaque jour.

Capture d’écran 2019-08-05 à 20.23.03

Les contrastes aoûtiens sont saisissants à Paris.

Le matin, à potron minet, la course prend une nouvelle tonalité ; un peu flippante.  Pas un chat, ou presque ; il n’y a guère qu’un matou des bords de Seine qui erre le long des péniches désertées.  La pitance sera maigre car pas âme qui vive.

Les rues de voisinage sont vides ; nous sommes dans du résidentiel.

C’est tentant, du coup, d’aller jouer la touriste, dans la ville vidée de ses habitants habituels et qui résonne moins fort du bruit des voitures.  Moins fort, moins de bruit, pas partout.  Avec la quantité de travaux et les berges transformées en plage, le temps des automobilistes semble s’égrener comme un chapelet de patience.
Coincés, ils sont !

Il faut bien commencer par deux ou trois gestes typiquement touristiques.  Acheter trois timbres pour des cartes ; le buraliste a été surpris que je parle français.  S’offrir une glace et, du coup, se mêler à une file d’attente internationale.  Là aussi, la vendeuse a démarré en anglais.

Prendre beaucoup de photos est également un must.  Malheureusement, il m’est impossible de me résoudre à user d’une perche à autoportraits (à selfies en franglais) ; là, c’est au-dessus de mes forces.  Remarquez que cet effort n’en est en réalité pas un puisque j’ai l’habitude de sortir mon téléphotographe (smartphone en langage courant).  Je dégaine facilement chaque fois qu’un sujet m’interpelle. Comme une famille sud-américaine, habillée toute de même, histoire de se repérer entre eux dans la foule.

img_5137-e1565031177920.jpg

Déambuler le nez en l’air, comme si tout était nouveau, si tout interrogeait.  Passés les lieux de tumulte, comme la Place Saint-Michel, les rues sont absolument désertes, on ne se sent, alors, originale que pour soi-même.

Du coup, on apprend des choses nouvelles, comme l’autre jour, au sujet de Jeanne d’Arc et de la Porte Saint-Honoré.
Ainsi, j’apprends où est né Joris-Karl Huysmans, Rue Suger.  Et du coup, je suis amenée à faire un effort de mémoire pour me souvenir du titre d’un de ses ouvrages : chou blanc.
Quelques pas plus loin, je vois qu’en 1937, Pablo Picasso a peint Guernica dans la Rue des Grands Augustins.

Mais dans cette Rue des Grands Augustins, c’est plutôt l’échoppe d’un marchand de jouets  qui me détourne de mes déambulations.  Un homme âgé absolument charmant que j’ai ménagé en devançant son doute : « Je suis une simple parisienne curieuse en goguette !

Quelle caverne aux trésors !
Tout pour les enfants des années avant les smartphones et les consoles.  Des vitrines entières d’animaux de ferme – et des corps de ferme miniature, des poupées de toutes les natures et de quoi reconstituer des batailles depuis la Grèce Antique jusqu’à la moitié du XXème siècle.  Et une collection de voitures miniatures ; la panoplie complète des Dinky Toys.

img_5176.jpg
Il y avait une femme très élégante aux côtés du marchand.  Nous avons échangé quelques amabilités sur le temps, le quartier, le mois d’août et les jouets.
« Merci, Monsieur, pour ces belles choses vues ! Au revoir et bonne soirée ! »

S’épargner les bouquinistes eut été sacrilège.
Scène cocasse en prenant une photo d’un nuancier de Tours Eiffel miniature-porte-clés pendues à un fil. Par courtoisie, je demande la permission au bouquiniste, et m’approchant, il a cru que, dans mon mouvement, je voulais lui faire une bise.

Il a regretté la méprise et aurait bien accepté la bise.
Du coup nous avons échangé quelques mots.  Mais les étalages de livres étant des menaces pour mon porte-monnaie, je ne me suis pas attardée.

Redescendre dans le métro m’a rhabillé de mes habits de parisienne.  Fini de piétiner sans but de jouer la « touriste chez soi ».

Jusqu’à la prochaine fois.