365 Nuances de 2019 – #46 – « André : le nôtre »

Un billet, court, chaque jour.

18:51 : « Quand le ciel bas et lourd » descend en tempête sur nos têtes comme en ce mardi 12 mars, il est salvateur d’aller chercher des souvenirs plus gais, une esthétique plus engageante.

Des images surgissent par dizaines.

Par chance, le 12 mars est le jour de naissance d’André le Nôtre.  Voilà une esthétique engageante.

Oui, le nôtre : notre jardinier français, dont le talent continue de magnifier une multitude de demeures de France, de Navarre et d’ailleurs.

Vaux-le-Vicomte est probablement sa plus belle réalisation.  Un chef d’œuvre de géométrie, le temple de la perspective.

Ce qu’il a conçu au XVIIème siècle ravit encore nos yeux.

Voilà : un peu de lumière de son génie pour combattre la morosité de la fin de l’hiver.

Vivement que le soleil revienne se mirer dans les bassins, que l’herbe et les fleurs fraîches renaissent dans les parterres et que le chant de l’eau claire des fontaines berce nos promenades !

Avec un peu de Marc-Antoine Charpentier pour donner un rythme royal à nos pas !

Ne soyons pas chiches, laissons les soleils égayer cette ténébreuse soirée !

IMG_2291
Photo / Guillemette Callies – Juillet 2018

365 Nuances de 2019 – #29 – « Le génie selon Clapton »

Un billet, court, chaque jour.

* Faites-vous plaisir en cliquant sur les liens

« Aretha Franklin a suspendu son rire moqueur aux premiers accords de sa guitare ».  Passée la surprise de son accoutrement de hippie rose bonbon, elle s’est rendue à l’évidence de son talent.

Le Dieu de la guitare a accompagné la Reine de la soul.  En 1967, Eric Clapton a 22 ans et est déjà entré dans la légende des musiciens de génie : « Good to me as I am to you » .

C’est bien simple, Eric Clapton a partagé la lumière avec les plus grands : Jimmy Hendrix, George Harrison, BB King, Elton John, Johnny Cash & Carl PerkinsTracy Chapman, Mick Jagger …

Le génie selon Clapton se saisit au travers d’un magnifique documentaire : «Eric Clapton : Life in 12 bars».

« 12 bars » ou comment un petit Anglais à l’enfance tragique s’approprie la grille des accords les plus connus du blues et imagine une musicalité unique et des tubes légendaires.

Plongez dans la légende sur fonds de stup’ !  « Cocaine » : ne vous en privez pas !  

 

2389211.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

 

 

365 Nuances de 2019 – #7 – « L’heure du génie de Johnny »

Un billet, court, chaque jour.

Nous disons souvent des bêtises, des phrases qui paraissent dénuées de sens, des mots-réflexes, spontanés.  

Ces bêtises, ces mots, nous roquons souvent à les entendre chez les autres.  Simplement parce que nous aurions pu les prononcer nous-mêmes.

Ce matin, pour célébrer le quarantième « Dakar », la radio a passé des commentaires célèbres: ceux de Thierry Sabine ET la phrase mythique de notre Johnny national:

« Tu te rends compte

que si on n’avait pas perdu une heure et quart,

on serait là depuis une heure et quart ! »

Cette phrase de Johnny Halliday est extraordinaire.  

C’est un trait de génie.  

Pour le coup, il n’y a ici aucune malice de ma part.

On se moque de l’ingénuité de cette saillie, mais, en fait, elle est remplie de bon sens.  

« Si on n’avait pas perdu une heure et quart », donne la mesure de tout ce qui n’a pas été réalisé, matérialise tous les efforts que l’on n’a pas fournis.

Tout le temps que nous perdons à ne pas faire, ou à faire ce qu’il ne faudrait pas faire, à laisser faire des choses qui ne sont pas à faire ou bien encore à regretter les choses qu’on aurait du, pu faire.

L’heure et quart perdue ou le temps perdu à ne rien faire ou à ne pas faire.  Je médite cette citation depuis ce matin et je la trouve particulièrement appropriable.

Bref, on peut se l’approprier.